Si les tribunaux ne peuvent pas poursuivre une femme allemande pour Rassenschande (« honte raciale », soit crime de race), ils s'efforcent dès qu'ils le peuvent de la condamner pour parjure. Paradoxalement, en définissant le statut légal des Juifs en Allemagne, elles contribuent à donner à certains d'entre eux un sentiment de sécurité[25]. Pour Saul Friedländer, le fait que Hitler attende le dernier moment pour établir les versions définitives des textes résulte de sa méthode consistant à porter des coups soudains afin de déstabiliser ses adversaires et de les mettre devant le fait accompli : « Si la législation antijuive leur avait été soumise plusieurs semaines avant le congrès, les objections techniques des bureaucrates auraient risqué de freiner la procédure. Puis on promulgua les lois sur la « protection du sang et de l’honneur allemand », ces lois interdisaient tous mariages entre des Juifs et des Aryens (et tous les mariages déjà existants furent dissous). Ils sont considérés comme juifs s'ils épousent un Juif[40]. Cet aval ne découle pas uniquement de la volonté de Hitler de séparer les Juifs du corps de la nation[14] ; il a également pour but de réaffirmer le rôle du parti, dont de nombreux membres se sentent désavoués depuis que Hitler a marginalisé la SA pour conserver le soutien de l'appareil d'État lors de la nuit des Longs Couteaux et qu'il a défendu, début 1935, la Reichswehr contre tout empiétement du parti[15]. Lösener estime impossible de mettre en œuvre l'assimilation totale des demi-Juifs aux Juifs intégraux, à la fois pour des raisons racistes[b], mais aussi par crainte que la population allemande ne se rallie pas à une discrimination aussi radicale[34]. L'article 7 fixe l'entrée en vigueur de la loi au jour de sa promulgation, à l'exception de l'article 3, qui ne devient effectif que le 1er janvier 1936. Un mariage mixte contracté après la promulgation de la loi est considéré comme nul. Les lois de Nuremberg font remonter la pression et donnent forme à l'antisémitisme hitlérien. Secondeguerre.net - Votre source d'information sur la guerre de 39-45 depuis 2003.Â. L'article 6 détermine les modalités d'exécution du dispositif, qui peuvent être prises par le ministre de l'Intérieur, en accord avec l'adjoint du Führer (Rudolf Hess) et le ministre de la Justice. La loi sur la restauration de la fonction publique est suivie de nombreux autres textes visant à exclure les Juifs de la société : à partir de la fin du mois d'avril, les avocats non aryens peuvent être radiés du barreau[7] ; les médecins juifs sont exclus du système d'assurance maladie par un décret du 22 avril 1933, puis les dentistes et aides dentaires, le 2 juin[8] ; à l'initiative de Joseph Goebbels et via la création de la Chambre de la culture du Reich, le 22 septembre, les artistes juifs sont exclus du monde culturel et ne peuvent plus se produire que dans des manifestations destinées à des publics juifs[9] ; le 4 octobre, ordre est donné à la presse de congédier les rédacteurs en chef non aryens[9]. La loi sur la citoyenneté du Reich permet au ministre de l'Intérieur Wilhelm Frick de renvoyer en moins de quinze jours les fonctionnaires d'ascendance juive restés en place grâce aux clauses d'exemption de la loi du 7 avril 1933 sur la restauration de la fonction publique[43]. • Les Nazis souhaitent créer une race « pure » (eugénisme) menant à contraindre la vie des juifs et de « protéger » la race aryenne. 1. Auteurs de l'article « Lois de Nuremberg » : Loi de protection du sang et de l'honneur allemands, Un jalon de la politique antisémite du Troisième Reich, « Allemands ! En revanche, si le grand-père demi-aryen avait été chrétien par la naissance, il n'aurait pas été juif intégral et ne serait donc pas entré en ligne de compte dans ce calcul ; son petit-fils aurait été Mischling au premier degré[41]. Je suis contre les tribunaux du goût, lance-t-il. Les enfants de ce mariage sont en tout état de cause considérés comme juifs puisqu'ils ont trois grands-parents juifs (deux par la race, un par la religion). Elle-même aurait été Mischling, mais les enfants auraient encore trois grands-parents juifs. « Dès le 14 novembre, les droits civiques des Juifs furent annulés, leur droit de vote supprimé ; les fonctionnaires juifs encore en poste du fait de leur statut d'anciens combattants ou assimilés devaient obligatoirement se démettre[37]. Cette définition particulièrement large suscite, début 1935, des débats au sein de l'appareil nazi et rend nécessaire de définir de manière plus précise qui est ou non un Juif, dans l'acception raciste du terme[6]. Reinhard Heydrich, quant à lui, envoie des instructions secrètes à la police d'État et à la police criminelle pour que la partenaire juive d'un Allemand soit envoyée dans un camp de concentration, et ce, malgré les ordres du Führer[39]. 1. ». Le procès de Nuremberg intenté par les puissances alliées contre 24 des principaux responsables du Troisième Reich, accusés de complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, se tient du 20 novembre 1945 au 1 er octobre 1946 dans le palais de justice de Nuremberg et constitue la première mise en œuvre d'une juridiction pénale internationale. Pour la plupart des dirigeants nazis, les actions désordonnées doivent cesser et l'État doit reprendre en main la politique antisémite[10]. Hitler lance la mise au pas de la société allemande (Gleichschaltung) dès mars 1933. Conclusion • Depuis les lois de Nuremberg, les juifs n’ont pas pu vivre de la même manière qu’auparavant. Les trois textes de loi présentés au Reichstag, spécialement convoqué pour ce seul objet, sont approuvés par acclamation[25]. Tout en n'ayant aucun droit politique, ils demeuraient les « obligés » du Reich, « étant donné que dans l'Allemagne nazie le titre de citoyen était vide de tout contenu, les termes de la loi sont sans intérêt », « quoique quasiment vide de contenu, la loi définissait le cadre de la masse de décrets annexes qui, dans les années suivantes, allaient repousser les Juifs aux marges de la société, prisonniers au sein de leur propre pays, « était sans doute le plus important, car ce fut grâce à lui que les nazis purent s'immiscer dans la vie privée des citoyens allemands, « reconnaître comme Allemands tous les « quart-Juifs » et de considérer tous les Juifs « à demi et aux trois-quarts » comme Juifs intégraux », « est métissée de Juif la personne qui descend d'un ou deux grands-parents qui sont racialement des Juifs intégraux, sauf si cette personne est considérée comme juive sur la base du §5.2. ARCHIVES Dernier acte du procès de Nuremberg, le 1er octobre 1946, le Tribunal militaire international chargé de juger les crimes nazis commis durant la … Le gouvernement du Reich allemand est guidé par l'espoir de pouvoir créer, par une mesure d'une rare portée, un cadre à l'intérieur duquel le peuple allemand serait en position d'établir des relations acceptables avec le peuple juif. Les lois de Nuremberg de 1935 suppriment la citoyenneté allemande aux juifs et leur interdisent d'exercer une profession libérale ou d'enseigner. Les Mischlinge au premier degré doivent demander une autorisation pour épouser un non-Juif ou un métis au second degré, ce qui devient impossible à partir d'octobre 1941. Un mariage mixte contracté après la promulgation de la loi est considéré comme nul. Les derniers vestiges des lois de Nuremberg et d'autres textes inspirés ou adoptés par les nazis sont réduits à néant par la loi d'abrogation des peines nationales-socialistes injustes prévues dans le Code pénal (Gesetz zur Aufhebung nationalsozialistischer Unrechtsurteile in der Strafrechtsplege) du 25 août 1998, entrée en vigueur le 1er septembre 1998[52]. Chargés de leur rédaction, Wilhelm Stuckart et Bernhard Lösener doivent tenir compte de la position des experts raciaux du parti nazi, Gerhard Wagner, Walter Gross et Kurt Blome, qui, à l'initiative de ce dernier, proposent de « reconnaître comme Allemands tous les « quart-Juifs » et de considérer tous les Juifs « à demi et aux trois-quarts » comme Juifs intégraux »[33]. Dans ce cas, le §2.2. De nombreux autres procès se dérouleront également sur ce modèle (procès de Klaus Barbie en France, procès d’Adolf Eichmann en Israël). En son article 1er, la loi sur le drapeau du Reich[26] (Reichsflaggengesetz) dispose que les couleurs du drapeau sont le noir, le blanc et le rouge ; en son article 2, elle précise que le drapeau officiel porte l'emblème de la croix gammée (aussi appelée svastika), substituant de ce fait le symbole du parti nazi aux couleurs de la république de Weimar, dans le droit fil de la loi du 1er décembre 1933 qui scelle l'unité du parti et de l'État. Les lois de Nuremberg font des Juifs allemands des étrangers dans leur propre pays ; la loi sur la citoyenneté du Reich fournit la base des discriminations ultérieures visant à pousser les Juifs hors d'Allemagne et à isoler et discriminer ceux qui y restent[25]. Mais Hitler veut que dans le cadre de relations extraconjugales, seul l'homme soit poursuivi[38]. Be the first. Nuremberg se fait oublier. La loi le plus importante de cette législation disait qu’il fallait séparer « biologiquement » les juifs du peuple allemand suite à cela les juifs allemands perdent leur nationalités, puis il y aura des lois sur les « protections du sang et de l’honneur allemands ». La présence dans l'ascendance d'un seul parent ou grand-parent juif suffit à établir le caractère non aryen de la personne considérée, le père ou la mère, la grand-mère ou le grand-père étant présumés juifs du fait de leur appartenance à la religion judaïque[4]. Pour l'historien Richard J. Evans, cette loi découle notamment d'un incident survenu à New York : des dockers ayant arraché un drapeau à croix gammée sur un bateau allemand furent acquittés par la justice américaine par un magistrat « qui accompagne son jugement d'une longue diatribe contre le nazisme et ses méfaits » ; « Hitler en fut tellement enragé qu'il décida sur-le-champ que le moment était venu de transformer la svastika en symbole officiel de l'Allemagne[27]. Il y a finalement peu d’images de Nuremberg, peu d’articles de blog enthousiastes ou de selfies sur Instagram. Le programme en 25 points adopté le 24 février 1920 comporte quatre articles concernant les Juifs, articles qui « constituent les seules orientations que le nazisme ait jamais indiquées à la bureaucratie[2] ». Le 28 décembre 1938, Göring abroge la législation sur la protection des locataires en ce qui concerne les juifs. « Art. Je ne connais personne, dans mon entourage, qui soit allé y passer le week-end. « le demi-Juif devant être considéré comme un ennemi plus dangereux que le Juif intégral, du fait qu'outre ses caractéristiques juives, il en possède également beaucoup de germaniques », loi allemande sur la restauration de la fonction publique du 7 avril 1933, loi du 7 avril 1933 sur la restauration de la fonction publique, Antisémitisme sous la Troisième République, Prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, Fusillade dans une synagogue de Pittsburgh, Attentat de Yom Kippour à Halle-sur-Saale, Portail de la culture juive et du judaïsme. Affiche de propagande nazie promouvant le numéro spécial du journal « Der Stürmer » sur la « Rassenschande » (la honte du sang). En son article 4, elle prévoit également le renvoi de fonctionnaires en raison de leurs opinions politiques. Que sont les « lois de Nuremberg » de 1935 et quelles furent leurs conséquences ? Les nazis rajoutèrent des suppléments à ces lois, ceux-ci obligeaient les Juifs à porter des noms clairement sémites, pour éviter qu’ils ne se fassent passer pour des Aryens. Le 14 au soir, le ministre de l'Intérieur Wilhelm Frick donne l'ordre aux experts de rédiger un second texte, restreignant la citoyenneté nationale aux seules personnes de sang allemand ou apparenté, le terme Juif n'étant pas utilisé ; le texte est terminé vers 2 h 30[20]. En effet, l’idéologie nazie, définie par Hitler dans Mein Kampf, fait du peuple allemand une communauté raciale. Logé au cœur de l'idéologie nazie depuis le début, il contamina des secteurs de plus en plus étendus de la société allemande et s'y introduisit de plus en plus loin, « la bureaucratie avait pris les choses en main, et ce fut le processus bureaucratique de destruction qui, pas à pas, aboutit finalement à l'annihilation de cinq millions de victimes, « En comparaison des sanglantes émeutes de 1938, la définition du Juif peut faire figure de mesure relativement anodine. Le Palais de Justice de Nuremberg était suffisamment vaste pour accueillir ce genre de procès… 1 – Avec l’effet au 1er janvier 1939, il est interdit aux Juifs d’exploiter des magasins de vente de détail, […] ainsi que [d’exercer] un métier à leur compte. » Conséquences pour les mariages mixtes : Les lois de Nuremberg « étaient loin d'être aussi simples et directes qu'une lecture superficielle pouvait le faire croire,et leur interprétation soulève de … En Allemagne de l'Ouest, l'article 123, §1, de la loi fondamentale du 23 mai 1949, placé sous le titre des dispositions transitoires et finales, énonce que « Le droit en vigueur antérieurement à la première réunion du Bundestag demeure en vigueur dans la mesure où il n'est pas contraire à la loi fondamentale »[50]. Ce site utilise des cookies à des fins de personnalisation de la navigation et de mesure d'audience. Suite au procès de Nuremberg, les autorités se rendent compte de la nécessité de consolider la justice internationale, ce qui préfigure la Cour pénale internationale de La Haye (création en 1998). Nuremberg [n y ʁ ɛ̃ b ɛ ʁ] [2] (de l'allemand : Nürnberg [ˈ n ʏ ɐ̯ n b ɛ ɐ̯ k] [3] Écouter) est une ville de Bavière, en Allemagne.Avec 511 628 habitants en décembre 2016, c'est la deuxième ville de Bavière après Munich.Elle est le centre économique du district de Moyenne-Franconie et l'un des principaux centres industriels d'Allemagne du Sud. L'article 5 de la loi établit les peines frappant la violation des dispositions des articles 1 à 4. est d'application. En réalité, elle était de beaucoup plus grande portée, car la définition de la victime constituait une condition préliminaire, indispensable à l'action ultérieure, « Le droit en vigueur antérieurement à la première réunion du Bundestag demeure en vigueur dans la mesure où il n'est pas contraire à la loi fondamentale ». », « Les généalogistes devinrent brusquement les experts les plus recherchés du pays et beaucoup d'Allemands se mirent à éplucher fébrilement les registres paroissiaux et autres archives officielles afin d'accumuler des preuves écrites de leur pureté raciale pour les annexer à leur certificat d'ascendance (Ahnennachweis) [...] devenu un sésame indispensable pour quiconque souhaitait faire carrière dans l'administration, et même ailleurs[42]. On en connaît surtout le Palais de Justice, figé dans ces images de l’après-guerre. En mars 1936, le Mitteilungsblatt des Reichsverbandes der nichtarischen Christen (Bulletin d'information de l'Association du Reich des chrétiens non aryens) présente une série de cas théoriques sous la forme de questions-réponses : « — Question : que peut-on dire du mariage d'un demi-aryen avec une jeune fille ayant un parent aryen, mais dont la mère aryenne s'est convertie au judaïsme de sorte que la fille a reçu une éducation juive ? On pouvait donc imaginer des descendants d'« Aryens purs » convertis au judaïsme, partant considérés comme des Juifs de race. Devenir contributeur sur Seconde Guerre. Newsletter L’article 1 er concerne le drapeau du Reich, dont elle précise les couleurs, qui sont le noir, le blanc et le rouge. En son article 3 1°, connu sous le nom d'Arierparagraph, cette loi dispose que les fonctionnaires d'origine non aryenne doivent être révoqués[a] ; le décret d'application du 11 avril 1933 précise qu'une personne est considérée comme non aryenne si elle descend de non-aryens, particulièrement de parents ou de grands-parents juifs[5]. En 1935, les lois de Nuremberg les privent de nombreux droits, ainsi que de la citoyenneté allemande. Voir également : le pogrom de la Nuit de Cristal et la rafle du Vélodrome d’Hiver. Similar Items. », — 1er décret d'application de la loi sur la citoyenneté du Reich, 14 novembre 1935, Comme dans le cadre de l’Arierparagraph du 11 avril 1933, les rédacteurs du décret ne définissent pas qui est Juif sur la base de l'appartenance à une soi-disant race juive, ou sur des critères tels que le groupe sanguin ou la courbure du nez : le seul critère distinctif est la religion de l'individu concerné, de son conjoint et de ses ascendants jusqu'au second degré[36]. L'interdiction du mariage et des relations extraconjugales entre Juifs et citoyens de sang allemand ou apparentés concrétise juridiquement la volonté exprimée par les nazis, en 1930, de faire de la « trahison de la race » (Rassenverrat) un délit passible d'emprisonnement, voire de la peine de mort, volonté reprise, notamment par Roland Freisler, sous-secrétaire d'État à la Justice de Prusse, dans un mémorandum de septembre 1933. Nuremberg est la ville officielle des congrès du parti nazi allemand (NSDAP). La réussite tenait à l'effet de surprise, « une profession de foi pour les forces et les vertus de l'esprit germanique nordique », « tout gouvernement, et surtout le peuple lui-même, a le devoir de veiller à ce que cette pureté raciale ne puisse plus jamais s'étioler ou être corrompue, « qui accompagne son jugement d'une longue diatribe contre le nazisme et ses méfaits », « Hitler en fut tellement enragé qu'il décida sur-le-champ que le moment était venu de transformer la svastika en symbole officiel de l'Allemagne, « un citoyen du Reich est uniquement une personne de sang allemand ou apparenté et qui, à travers son comportement, montre qu'elle est à la fois désireuse et capable de servir loyalement le peuple allemand et le Reich », « Tous les autres, les Juifs surtout mais aussi tout opposant potentiel au régime et même ceux qui s'en distanciaient tacitement par leur manque d'enthousiasme pour sa politique, étaient relégués au rang de « ressortissants de l'État ». Le but est de pousser les juifs à quitter l'Allemagne. Est Juif celui qui descend d'au moins trois grands-parents qui sont racialement des Juifs intégraux. Les deux parties sont donc coupabl… Est également réputé Juif le ressortissant métissé de Juif qui descend de deux grands-parents juifs intégraux et, a) appartient à la communauté religieuse juive à la date de la proclamation de la loi, ou rejoint cette communauté par la suite, b) est marié à une personne juive à la date de la proclamation de la loi, ou conclut un tel mariage ultérieurement, c) est le fruit d'un mariage avec un Juif, tel que défini au §.5.1, si ce mariage a été conclu après l'entrée en vigueur de la loi sur la protection du sang et de l'honneur allemands du 15 septembre 1935, d) est le fruit de relations extraconjugales avec un Juif, tel que défini au §.5.1, et est né après le 1er juillet 1936. Les lois de Nuremberg, adoptées lors du congrès du parti nazi de septembre 1935, marquent ainsi l’avènement de la politique antisémite du régime. Cette personne à 62 % juive est-elle Mischling ou juive ? Pour la première fois dans l'histoire, les juifs étaient persécutés non pas à cause de leurs croyances, mais à cause de leur naissance ou de celle de leurs parents. Des "maisons de Juifs" sont érigées et des "quartiers juifs" créés dans les grandes villes. S’en suivra la guerre, l’horreur, le massacre de populations civiles, l’humiliation, la haine, le génocide de plus de cinq millions de juifs et l’abnégation de la valeur humaine. « Tous les autres, les Juifs surtout mais aussi tout opposant potentiel au régime et même ceux qui s'en distanciaient tacitement par leur manque d'enthousiasme pour sa politique, étaient relégués au rang de « ressortissants de l'État ».

Devenir Assistant Maitrise D'ouvrage, Bus Tec à Vendre, Saut En Parachute Réunion, Replay Tmc La Vie Est Un Long Fleuve Tranquille, Musée Des Arts Et Traditions Populaires Draguignan,